Projet InvaProtect : pour mieux protéger les vergers et les vignes du Rhin supérieur contre les nouveaux bioagresseurs invasifs   -  2016-12-09

L’apparition de nouveaux organismes bioagresseurs constitue un phénomène inquiétant pour les vergers et les vignobles de nos régions. Des pertes de récolte parfois considérables ont ainsi été provoquées en 2014 par Drosophila suzukii - drosophila-suzukii-Bild-LTZ - dans les cultures de fruits à noyaux, de petits fruits rouges et dans les vignes depuis le Palatinat au nord à la Suisse au sud.
En réaction à cette nouvelle menace, les instituts de la recherche agronomique et les organismes du conseil viticole et arboricole du Rhin supérieur ont alors décidé d’unir leurs efforts pour proposer au plus vite aux producteurs une stratégie de lutte durable contre cette drosophile et pour apprécier les risques d’autres organismes menaçants.
Le projet InvaProtect, d'une durée de 3 ans (2016-2018) dispose d'un budget total avoisinant les 4 millions € et un soutien de 2 millions d’Euros du fonds européen de développement régional (FEDER) via le programme de coopération transfrontalière INTERREG V Rhin supérieur.
Les partenaires alsaciens engagés au côté du LTZ-Augustenberg, porteur du projet, sont la Chambre d’Agriculture Alsace, la FREDON-Alsace, le verger expérimental d’Alsace (Verexal), l’Institut Français de la Vigne et du Vin, le Conseil Interprofessionnel des Vins d’Alsace (CIVA) et bien entendu l’INRA Colmar qui pour l’occasion a recruté un jeune chercheur.
Enfin, certains organismes économiques de la filière sont aussi associés au projet : Ampelys, Comptoir agricole, Groupe Armbruster et Vitisphère-Alsace.

Pour en savoir plus :

projet InvaProtect



de retour à l'aperçu